full screen background image
Search

Le débat sur la frontière au sommet du mont Blanc

La frontière sur le mont Blanc est un vaste débat depuis longtemps maintenant. Il concerne un tout petit espace de quelques hectares qui culminent à 4 809 mètres d’altitude sur le plus haut sommet des Alpes. La question est de savoir si ce sommet est français, ou franco-italien… mais pas seulement. Le massif du mont Blanc, tellement prisé, a fait l’objet de conflits même entre plusieurs communes françaises !

Sommet du mont Blanc : frontière entre l’Italie et la France ?

Avant la Révolution et l’Empire, il n’y a pas de frontière sur le mont Blanc étant donné que le duché de Savoie et la vallée d’Aoste font alors partie d’un seul pays : les Etats de Savoie.

Puis, lorsque la Savoie devient française à la fin du 18e siècle, une frontière traverse alors le massif du mont Blanc pour la première fois. Puis, courant 19e siècle, la partie orientale de la Savoie est restituée au royaume de Sardaigne et il n’y donc plus de frontière internationale. Toutefois, une limite est dessinée officiellement entre les duchés d’Aoste et de Savoie.
Fin du 19e siècle, l’Italie cherche à s’unifier et comme elle est aidée par la France, un accord diplomatique est con cédé : les Etats sardes de Nice et de Savoie son cédés à la France. Des protocoles pour fixer les limites entre la France et l’Italie sont alors signés : ils indiquent que du côté de la Savoie, la nouvelle frontière  suit la limite entre Duché de Savoie et le Piémont. Sur les cartes reconnues comme officielles, le tracé de la frontière passe clairement sur le sommet du mont Blanc.
Or, en 1865, le capitaine Jean-Joseph Mieulet, chargé de dresser la carte d’Etat-Major française pour le massif du mont Blanc, fait un crochet au niveau des glaciers du sommet du mont Blanc et le place en France… Ce tracé sera repris par l’Institut géographique national plus tard, ainsi que sur nos cartes IGN aujourd’hui ! Alors que pour certains, la carte du capitaine n’aurait pas de valeur juridique. Et côté Italie, on continue à représenter la frontière historique et les cartes de l’OTAN font de même…

Un conflit entre trois communes françaises autour du massif du mont Blanc

Après la seconde guerre mondiale, c’est entre 3 communes françaises que le conflit éclate : Saint-Gervais-les-Bains, Les Houches connue aujourd’hui pour sa station de ski et Chamonix Mont-Blanc. Celles-ci se disputent les glaciers du massif du mont Blanc. Une délimitation officiel du massif partagé entre ces villes est réalisée et englobe l’intégralité du sommet du mont Blanc sur le territoire français…

1988 : une différence d’interprétation est confirmée

Une commission mixte franco-italienne se réunie en 1988 et confirme qu’il y a une différence d’interprétation quant à la frontière au niveau du sommet du mont-Blanc. En 2001, l’Europe indique qu’elle a pour objectif de mettre en route des recherches diplomatiques et historiques à ce sujet. Septembre 2015, l’installation d’une barrière de sécurité au sommet du mont Blanc par le maire de Chamonix réveille les polémiques autour de cette frontière et il est question de « violation de territoire »… Sujet toujours sensible, donc, auquel on ne pense pas lorsque l’on dévale les pistes de ski de Chamonix !