Quand partir au Pérou – Machu Picchu ?

thumbnail

Vous avez opté pour le Pérou pour vos vacances. C’est un immense pays, et sans doute vous ne pourrez pas le découvrir en entier. Selon où vous allez, vous avez envie de savoir par avance quel temps il fait sur place, et quelle période de l’année présente la météo la plus favorable, nous vous disons tout pour savoir quand partir au Pérou Machu Picchu.

quand partir au perou machu picchu

Le Pérou, un pays en trois dimensions

Le Pérou est un pays immense. Il s’étire sur deux mille sept cents kilomètres du nord au sud. C’est l’équivalent de deux fois et demie la France ! Situé dans l’hémisphère Sud, il connaît deux saisons principales : l’hiver austral, d’avril à novembre, et la saison des pluies, de décembre à mars. Pour savoir quand partir en Amérique du Sud au Pérou, il faut savoir que le pays se divise en trois grandes zones climatiques distinctes qui se déclinent d’ouest en est : le littoral pacifique, la zone montagneuse de la Cordillère des Andes et la « Selva » amazonienne. Pas simple, donc, de s’y retrouver pour savoir quand partir  au Pérou voir le Machu Picchu. Laissez-nous vous aider à trouver la meilleure saison pour savourer au mieux vos congés en terre inca.

Le littoral péruvien : entre grande sécheresse et brume

Tout au long de la côte pacifique, le paysage péruvien, désertique en dehors des grandes villes, est composé de dunes arides. Les pluies y sont en effet quasiment inexistantes. Les températures sur la côte du Pérou, elles, restent néanmoins éternellement douces. Elles ne descendent que très rarement en dessous de quinze degrés Celsius (en août) et plafonnent dans la capitale, Lima, à vingt-six degrés en février-mars. C’est en effet à cette époque que les rayons du soleil parviennent à percer la garùa, cet épais brouillard humide qui couvre la région le reste de l’année. Ces deux mois forment donc la période idéale si vous avez opté pour un séjour au bord de l’océan. C’est d’ailleurs à cette seule période que les nageurs les moins frileux pourront profiter des joies de la baignade. Le reste de l’année, le courant de Humboldt, en remontant depuis l’Antarctique, refroidit considérablement les eaux.

El Niño côtier

Il est cependant à noter que certaines années, au sud du littoral, se développe le phénomène appelé El Niño côtier, qui correspond à un réchauffement de l’océan. Celui-ci entraîne un changement de climat de janvier à mai. Ces années-là, les chaleurs se renforcent et des pluies de type mousson peuvent s’abattre sur la zone.

Très vite on prend de la hauteur

En quittant la bande côtière en direction de l’est, vous vous rendrez compte que l’altitude s’élève rapidement. C’est le signe que vous atteignez déjà les contreforts de la Cordillère des Andes. C’est ainsi à environ cinq cents mètres au-dessus du niveau de la mer que se trouvent les fameux géoglyphes de Nazca, entourés d’un désert aride. De même, la ville d’Arequipa et son centre historique classé au patrimoine mondial par l’UNESCO, pourtant situés à moins de deux heures de route de l’océan, culminent déjà à plus de deux mille mètres. Le climat à Arequipa conforte l’idée que plus on monte en altitude, plus les températures baissent !

La Cordillère des Andes : un climat contrasté

Du nord au sud du Pérou, cet ensemble de montagnes jeunes, doté çà et là de pitons volcaniques, occupe tout le centre du pays et présente des sommets dépassant aisément les six mille mètres d’altitude. Songez donc qu’au-delà de cinq mille mètres se forment les neiges éternelles ! Aussi, même si vous n’envisagez pas d’escalader un de ces pics de très haute montagne, il vous faudra vous munir de vêtements chauds si vous voulez séjourner près des vestiges des anciennes civilisations incas du Machu Picchu, à Cuzco. Par trois mille trois cents mètres d’altitude, les journées sont agréables et ensoleillées de mai à août. Le thermomètre affiche entre vingt à trente degrés et on ne déplore aucune pluie. Il est même conseillé de bien protéger sa peau des rayons du soleil, car les nuages sont rares. Mais les nuits froides de montagne et leurs cinq à zéro degré nécessitent de bien se couvrir. Quant à aller visiter les ruines du Machu Picchu de septembre à avril, cela reste possible, si vous ne craignez pas les pluies et les éventuelles nuits à moins cinq.

Le lac Titicaca gelé ?

Quelle météo espérer au lac Titicaca ? En effet, le tour de la Cordillère des Andes ne serait pas complet sans évoquer une particularité météorologique : l’immense lac Titicaca, le plus grand lac d’eau douce d’Amérique du Sud, péruvien et bolivien, fait régulièrement l’objet de lames de froid parfois intense (on peut enregistrer jusqu’à moins douze) en juillet et août, et il n’est pas rare qu’il gèle à Puno, la ville voisine, entre mai et septembre. Il faut donc en tenir compte au moment de préparer son voyage.

La « Selva » amazonienne : chaleur et humidité

Plus de la moitié de l’Est péruvien est couverte par la forêt amazonienne. Ici, on la nomme « La Selva », car c’est LA forêt ! Elle doit sa luxuriance à la chaleur et à l’humidité ambiante. La météo de cette immensité verte quasi inhabitée varie du nord au sud du pays.

Le nord de la forêt amazonienne

Le climat au nord de l’Amazonie est chaud et très humide toute l’année, on se trouve là en pleine zone équatoriale, la pointe du pays se trouvant à la latitude zéro. À Iquitos, la ville principale de la région, les pluies sont fréquentes et particulièrement abondantes toute l’année.

Le sud de l’Amazonie

En descendant plus au sud vers la zone tropicale, le climat change et les saisons sont plus marquées. Ainsi, l’hiver austral y est une période de relative sécheresse. Par exemple, à Puerto Maldonado, juillet, août et septembre sont plus accueillants, malgré des valeurs affichées par le thermomètre encore élevées, autour de vingt-sept degrés.
Alors quand partir au Pérou voir le Machu picchu ? Pour conclure, par sa taille et son relief, le Pérou abrite trois grandes zones climatiques. Chacune a ses particularités, mais dans l’ensemble, la majeure partie du pays, composée de la Cordillère des Andes et de la forêt amazonienne, vous permettra de belles découvertes sans pluie de juin à septembre. Le littoral, lui, vous offrira ses températures les plus douces et son plus grand soleil de décembre à avril. Il ne vous reste donc plus qu’à préparer votre valise et à faire tamponner votre passeport !

Haut de page
Enregistrer
Partagez
Tweetez